francophoneeducation-logo2014-h

Francophone Education

francozone

Blogue
Un organisme double i
PDF Imprimer Envoyer

Glen Taylor BLOG Connaissez-vous les Rendez-vous de la Francophonie (RVF)? La 14e édition de cette célébration annuelle pancanadienne, tenue du 9 au 25 mars 2012, a connu un succès spectaculaire. Quelque 180 000 personnes ont participé aux activités des RVF et plus de 51 000 ont regardé sur TV5 le Gala d’humour « La Francophonie s’éclate », produit en collaboration avec l’École nationale de l’humour.

De plus, le nombre d’amis Facebook des RVF est monté en flèche pour dépasser 12 800, grâce entre autres à un concours de capsules humoristiques dont voici la gagnante :

Le même organisme qui parraine les RVF a assuré la présence francophone aux Jeux olympiques de Vancouver (à part les cérémonies d’ouverture… I know, you never would have guessed), comme il le fera lors des Jeux panaméricains et parapanaméricains de Toronto 2015.

Ce sont des projets d’envergure, tout comme la plus récente initiative de cet organisme « double i » : lancer une chaîne de télévision pancanadienne!

Accent sur ACCENTS

Bienvenue à Accents, une nouvelle chaîne de langue française dont la demande de licence est actuellement devant la CRTC. Le but de ce projet est de promouvoir la francophonie canadienne, à la télé et sur le web, en mettant l’accent (pour ainsi dire) sur les communautés acadiennes et francophones en milieu minoritaire.

Il est important que le CRTC sache que le public appuie ce nouveau projet rassembleur! Pour participer, vous n’avez qu’à visiter le site d’Accents et cliquer sur « J’appuie! ». Cela prend quelques secondes et augmentera les chances que le CRTC octroie la licence.

Quel est cet organisme mystérieux?

Cet organisme « double i », c’est la Fondation canadienne pour le dialogue des cultures, créée en 2004 par la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada (FCFA).

(Quant à la FCFA, elle est le porte-parole principal des francophones au Canada hors Québec.)

Pourquoi dis-je que la Fondation est un organisme « double i » ? Parce qu’elle est à la fois inconnue et importante : peu de gens la connaissent mais beaucoup bénéficient de ses initiatives.

Paroles vs gestes

On parle souvent de la diversité croissante de la francophonie canadienne, en citant l’immigration et l’exogamie entre autres. (Devrais-je mentionner que les deux tiers de la relève francophone hors Québec vivent en foyer mixte? C’est quand même beaucoup!)

Eh bien, voici un organisme qui reconnaît l’apport des partenaires non francophones à la francophonie en m’invitant, un anglophone de l’Alberta, à siéger à son conseil d’administration.

Je lève donc mon chapeau de cowboy à la Fondation et j’espère pouvoir contribuer à son essor en ajoutant ma voix de francophile (ou de « membre associé » de la francophonie?)… avec un Accent!

 
Share
Les plaisirs coupables d’un MANE
PDF Imprimer Envoyer

Mon épouse et moi sommes allés skier l’autre jour. En fait, nous étions absents pendant deux jours… de semaine ! Et nous avons laissé nos filles à la maison pour se débrouiller toutes seules.

C’était la deuxième fois cet hiver que nous abandonnions nos enfants, la première étant un mercredi en mars. Quel sentiment sensationnel (quoique franchement fugace) de liberté ! Nous avons même vu cette avalanche :

Avalanche cropped

C’est le premier hiver où nous prenons congé la semaine, quand nos enfants sont à l’école, pour échapper à la routine quotidienne. Mais, croyez-moi, ce ne sera pas le dernier !

Irresponsable ? Je ne le crois pas…

Peut-être que vous nous trouvez irresponsables de sortir nos skis alors que nous devrions nous occuper de nos enfants. Et je dois admettre que j’avais un léger pincement de culpabilité en quittant la ville. Après tout, c’était une journée de travail !

D’où vient cette attitude cavalière ?

Ça doit être ma réaction au fait que mon rôle de parent évolue malgré moi. En effet, je dois faire face au fait que mes filles ne me considèrent plus indispensable… elles ne sautent plus dans mes bras lorsque je rentre chez nous… elles ne m’écoutent plus comme avant, même quand je partage ma sagesse (qui semble les impressionner nettement moins ces temps-ci)…

Hélas, je suis en train de me métamorphoser en MANE.

C’est parce que mes enfants ont 19 et 16 ans. Cela veut dire qu’elles ont besoin de nourriture, d’un toit au-dessus de leur tête, du transport (idéalement sous forme de clés de voiture et d’un réservoir plein) et, de temps en temps, de l’argent comptant. Mais de notre présence bienveillante ? Voyons donc ! Elles sont ravies quand nous quittons la maison et, dès que nous rentrons, elles nous demandent quand nous prévoyons repartir !

Mais qu’est-ce qu’un MANE ?

En y réfléchissant, je me rends compte que mon épouse et moi avons déjà été des MANE, mais seulement pour de courtes périodes. Cette fois-ci, par contre, c’est différent. Il s’agit d’un changement fondamental de notre rôle de parents.

 
Share
Comment définissez-vous AAP ?
PDF Imprimer Envoyer

Cet article donne suite à une conférence que j'ai présentée au congrès annuel de la Commission nationale des parents francophones (CNPF) en novembre 2011, intitulée « Accueil et accompagnement de tous les parents : vers la réciprocité, un pas à la fois ».

Le concept d'accueil et d'accompagnement de parents (ou AAP) sous-tend plusieurs initiatives de la communauté francophone en milieu minoritaire au Canada, dont celles de la CNPF. Pourtant, il n'existe pas de définition consensuelle des termes « accueil » et « accompagnement » ni d'appréciation commune de leurs composantes.

Vous trouverez dans les lignes suivantes quelques réflexions à ce sujet. Si vous œuvrez dans une institution de la francophonie canadienne (voir des exemples ci-dessous), cet article s'adresse à vous. Et si vous voulez partager vos propres idées, n'hésitez pas à ajouter un commentaire.

Mais d'abord, puisque le texte est assez long et sérieux, je vous suggère d'aller chercher un bon verre de vin avant de continuer…

 
Share
L'import tant ce dé comme mû nique à scions
PDF Imprimer Envoyer

J'ai rencontré beaucoup de parents qui, comme le père twittereux de mon dernier blogue, peuvent se débrouiller en français mais ne sont pas assez à l'aise pour le parler en public. Puisque le français est la langue de l'éducation francophone au Canada, cela peut rendre une visite à l'école de leur enfant inconfortable, voire désagréable.

Si seulement c'était aussi simple que ceci :

 
Share
Twitter... c'est ce que font les oiseaux, non ?
PDF Imprimer Envoyer

Glen_Taylor_BLOGJe considérais la possibilité d’utiliser Twitter et je me demandais par où commencer. Qu'est-ce que les gens tweet (ou plutôt tweetent) de toute façon? J’ai lu, en anglais, l'explication suivante sur le site de Twitter : « Connectez instantanément à ce qui vous importe le plus. Suivez vos amis, des experts, vos vedettes préférées ainsi que des actualités. »

Bon, je ne sais pas dans quelle catégorie je me situe, ni ce que je tweeterais. J’ai l’impression que beaucoup de tweets se lisent ainsi : « Je me suis réveillé ce matin », « J’ai mangé des céréales avec la bière parce qu'on a pas de lait », « Je viens de nourrir le rongeur »... Pas toujours passionnant et, quand on se met à parler de rongeurs, pas nécessairement ce que tout le monde veut savoir.

Alors, au lieu de raconter ma journée, je pensais lancer ma carrière de twittereux en décrivant une journée imaginaire dans la vie imaginaire d'un parent non francophone imaginaire qui débute son voyage dans le système scolaire de langue française ô combien réel. À cette fin, j'ai compilé quelques expériences (celles qui sont tweeterables) que des parents, y compris moi, ont vécues et que ce cher parent raconterait dans sa langue maternelle.

 
Share
Plus d'articles...