francophoneeducation-logo2014-h

Francophone Education

francozone

Oui, ça fonctionne!
PDF Imprimer Envoyer

Est-ce que l’approche FrancoZone fonctionne vraiment? Absolument! Vous voulez des preuves? Voici l’histoire d’un couple francophone-anglophone de l’Ouest canadien dont les deux garçons sont devenus parfaitement bilingues :

« Commencer d’apprendre une autre langue, c’est comme commencer un programme d'exercices. Un pas à la fois.

« Ma femme est francophone et je suis anglophone. Quand notre premier fils était né, nous étions confrontés à des décisions sur quelle langue qu’on parlerait à la maison? À quelle école il irait éventuellement. Si la culture était importante. Je me sentais un peu overwhelmed, un peu accablé par tout ça parce que je n'avais jamais eu à réfléchir sur ces aspects profonds de ma vie et ceux de ma famille. »

(C’est un commentaire que j’entends souvent, notamment venant de parents anglophones. La vie peut devenir, comment dirais-je… merveilleusement compliquée pour les couples mixtes, surtout quand ils commencent une famille. Mais retournons à l’histoire.)

« La décision de valoriser et encourager le français dans la maison et dehors a été facile. Ma seule crainte a été comment je pourrais trouver ma place comme un anglophone. Pendant que nos deux fils ont grandi et maturé dans leur langue maternelle, j'ai appris le français à côté d'eux.

« J'ai trouvé parfois que essayer de parler français partout dans la maison a été beaucoup trop difficile au début. Alors, nous avons mis en place un ‘French zone’. Une chambre dans notre maison avec une télé, vidéo, radio, jouets, tables, chaises, petit sofa, etc. La plupart des choses ont été étiquetés en français et toutes les vidéos étaient en français et la radio jouait notre station locale française. »

(Ils pouvaient utiliser une pièce entière parce qu’ils habitaient une grande maison en milieu rural. On payerait facilement le double pour une maison semblable en ville. Heureusement, l’approche FrancoZone peut être adaptée à n’importe quelle situation!)

« Quand je suis entré dans la salle, j'ai été souvent rappelé que j'étais ‘dans la zone’. Avoir cette zone a enlevé beaucoup de pression sur moi et a encouragé tout le monde d’apprendre le français. Pendant que les garçons ont grandi, la zone a aussi augmenté et par le temps qu'ils ont gradué j'étais fonctionnellement bilingue. C'était extraordinaire.

« Comme les coureurs entrent dans leur ‘runner’s high’ ou leur ‘zone’ je voudrais encourager les couples de mariages interlinguistiques aussi d’entrer dans leur ‘French zone’. C’est ce que nous avons fait et nous n'avons jamais regretté ça. ».

Non seulement ce couple a-t-il réussi à élever deux fils parfaitement bilingues dans l’Ouest canadien, mais le père aussi a appris le français. Si vous et votre conjoint ou conjointe souhaitez atteindre des résultats semblables, il est temps d’introduire des FrancoZones dans votre vie familiale!

 

 
Share