francophoneeducation-logo2014-h

Francophone Education

francozone

Taux d'exogamie
PDF Imprimer Envoyer

La présence de couples mixtes (ou exogames, c’est-à-dire composés d’un(e) francophone et d’une personne ayant une autre langue maternelle et héritage culturel) augmente au sein de la francophonie canadienne. En 2006, la proportion de francophones vivant hors Québec en couples mixtes était de 45 % et la vaste majorité de leurs conjoint(e)s était anglophone.

Adultes francophones vivant hors Québec
avec un(e) conjoint(e) anglophone, 2006
Province / Territoire Pourcentage
Alberta 60
Colombie-Britannique 64
Île-du-Prince-Édouard 56
Manitoba 46
Nouveau-Brunswick 16
Nouvelle-Écosse 55
Nunavut *
Ontario 42
Saskatchewan 60
Terre-Neuve-et-Labrador 70
Territoires du Nord-Ouest 53
Yukon 57

 * chiffre non disponible

La proportion de francophones en couples mixtes est encore plus importante chez les parents de jeunes enfants. Par exemple, au Nouveau-Brunswick en 2006, le pourcentage de tous les francophones ayant un(e) conjoint(e) anglophone ou allophone (parlant une langue autre que le français ou l’anglais) était de 16,8 mais parmi les parents d’enfants en bas de 18 ans, ce chiffre grimpait à 32,8.

Le tableau suivant présente le taux d’exogamie en 2006 des parents francophones d’enfants en bas de 18 ans. Afin de démontrer la tendance qui est décidément à la hausse, j’inclus les chiffres de 1971.

Tous les chiffres proviennent de Statistique Canada.

Proportion de parents francophones d’enfants en bas de 18 ans
dont le/la conjoint(e) a une langue maternelle autre que le français
Province / Territoire 1971 2006
Alberta 62,7 83,4
Colombie-Britannique 73,9 87,8
Île-du-Prince-Édouard 43 74,6
Manitoba 45,6 75,5
Nouveau-Brunswick 16,6 32,8
Nouvelle-Écosse 51,6 74
Nunavut * 86,2
Ontario 43,4 68
Saskatchewan 59,6 86,4
Terre-Neuve-et-Labrador 59 86
Territoires du Nord-Ouest * 83
Yukon * 72

* chiffre non disponible, entre autres dû à la création du Nunavut en 1999

 

 
Share